Conseils santé

Dans cette rubrique, découvrez quelques conseils SANTE qui peuvent vous aider.

L'alimentation :
Le
s chats sont 100% carnivores et ne renieront jamais leur prédation naturelle. En effet, le chat a besoin de taurine, un acide aminé qu'il synthétise en quantité insuffisante et qu'il peut trouver uniquement dans la viande fraîche. La carence en taurine entraîne chez les chats des troubles oculaires, cardiaques, des déficits immunitaires et des problèmes de reproduction chez les femelles.

De manière générale, il convient de ne pas leur donner de viande crue.

Le régime « boîte de thon » en permanence est fortement déconseillé, car il est trop salé, et trop important en métaux lourds, même si les chats en raffolent (du thon…). Les os sont eux aussi à éviter : en les croquant, les chats peuvent se transpercer le palais avec des morceaux saillants.

Enfin, les chats apprécient souvent les aliments à base de lait, tels que les yaourts, les fromages, petits suisses, crème fraîche… ; il est faux de penser que les produits laitiers « donnent la diarrhée ». De nombreux chats en reçoivent depuis leur sevrage et y sont complètement habitués, possédant un transit intestinal tout à fait normal.

Un comprimé de levure de bière en guise de friandise quotidienne ou sous forme de cures apportera un supplément de vitamines et assurera au chat de garder un beau poil brillant.

Pour la boisson, il convient de laisser en permanence à disposition du chat un bol d'eau fraîche et propre, surtout si son alimentation est à base d'éléments secs comme les croquettes. L'odeur du chlore de l'eau du robinet peut toutefois rebuter l'animal : il faudra donc la laisser décanter. Les chats préfèrent lorsque leur bol d'eau se trouve éloigné de leur nourriture. Il n'est pas rare de les voir plutôt boire de l'eau laissée dehors dans une écuelle qui traîne plutôt que dans la leur toute propre … mais si elle se trouve à côté de la gamelle de nourriture, ne pas chercher plus loin !!! Le chat aime que « chaque chose soit à sa place et qu'il y ait une place pour chaque chose » = une place pour la nourriture, une place pour la boisson, une place pour le sommeil, une place pour l'évacuation. Ces 4 places ne doivent pas être proches les unes des autres. Vous ne verrez pas un chat en bonne santé dormir par terre à côté de sa gamelle, ni sur le couvercle de sa litière...

Votre chat se trempe les pattes dans sa gamelle d'eau située à côté de son assiette de nourriture ? Il apprécie tout à fait votre attention de lui mettre à disposition un « bain de pattes » … mais, pas fou, il ne boira pas dedans !

Source : Carole B-Morin
Phyto-Aromatologue Spécialisée Canins & Félins

L'hygiène : 

Le chat, tout comme le chien, nettoie son estomac et son intestin en ingérant de l'herbe. En l'absence de jardin, on peut cultiver un petit pot d'herbe commune sur son balcon, qui lui permettra de vomir ce qui le dérange.
La propreté et le contrôle des oreilles sont aussi importants, celles-ci devant être régulièrement débarrassées du cérumen avec les cotons-tiges habituels.
Si le cérumen paraît sombre ou rosé, mieux vaut emmener le chat chez le vétérinaire.
De plus, il faut vérifier que la robe n'est pas envahie de parasites : si c'est le cas, il suffit d'utiliser des sprays, des poudres, des lotions ou des colliers antipuces qu'on trouve dans le commerce en suivant scrupuleusement le mode d'emploi.
Il est utile de penser, pour l'hygiène de l'homme et celle du chat, à désinfecter les lieux que le minou fréquente habituellement (panier, canapés, coffre de voiture, sols.)

La vaccination :

La vaccination du chat intervient lorsqu'il n'est plus protégé par les anticorps de sa mère, c'est-à-dire vers deux mois.
Le chat doit recevoir sa première injection à cet âge, et la seconde un mois plus tard. Ensuite, sachez qu'un rappel annuel est indispensable pour le protéger efficacement de nombreuses maladies.
De plus, les défenses immunitaires du chat baissent avec l'âge. Ne négligez donc pas ses vaccins même s'il est vieux.

Les maladies contre lesquelles faire vacciner votre chat :
• La leucose : souvent appelée “SIDA du chat“, cette maladie contagieuse, due à un virus, correspond pourtant davantage à une leucémie d'origine virale.
Elle peut d'ailleurs s'attraper par l'ensemble des voies naturelles : sang, voie sexuelle, salive, urines, larmes… mais n'est en aucun cas transmissible à l'homme.
La leucose se manifeste par une perte de poids de votre chat, une anémie, l'apparition de ganglions et quelquefois de tumeurs aux reins.
Le dépistage et la vaccination contre cette maladie sont donc indispensables.

• Le typhus : cette maladie est très contagieuse et entraîne souvent la mort, surtout chez les chatons. Elle se caractérise par une forte fièvre, des diarrhées, des vomissements et une forte déshydratation. Elle n'est pas transmissible à l'homme, ni aux autres animaux. Le virus responsable de cette maladie est très résistant et ne réagit pas efficacement aux médicaments ; la vaccination reste donc la meilleure arme contre le typhus.

• Le coryza : cette maladie affecte l'ensemble des voies respiratoires du chat. Elle est rarement mortelle mais est très handicapante pour l'animal. Elle se traduit par de la fièvre, des écoulements nasaux, des ulcères de la bouche, des conjonctivites infectieuses et un manque d'appétit. Si le chat n'est pas traité à temps, il peut s'affaiblir très rapidement et mourir. Pour éviter tout risque de contamination, vaccinez-le et n'oubliez pas les rappels.

• La chlamydiose : elle se traduit par une conjonctivite entraînant des rougeurs et des démangeaisons. Sachez que si votre chat est touché par la chlamydiose, il est rarement possible de la traiter définitivement. Ainsi, votre chat peut sembler guéri mais rester quand même contagieux. Cette maladie n'est cependant pas mortelle et atteint surtout les chats ayant vécu en communauté. Ainsi, parlez-en avec votre vétérinaire pour convenir de l'utilité de la vaccination.

• La rage : cette maladie est transmissible à l'homme et la vaccination de votre chat est donc obligatoire si vous séjournez dans un camping, si vous le placez dans une pension, si vous vous rendez dans une exposition ou dans les départements de la Moselle, de la Corse et à l'étranger.
La vaccination contre la rage n'implique qu'une seule injection lorsque le chaton a 3 mois, contrairement aux autres maladies.

Sachez que si vous souhaitez faire garder votre chat dans une pension, toutes les vaccinations évoquées ci-dessus doivent être à jour.

De plus, les rappels annuels sont très importants car la protection acquise grâce aux deux premières injections s'amenuise petit à petit et le chat n'est plus protégé. S'il entre en contact avec un chat contaminé, il contractera à son tour la maladie.

La saillie :
Avant toute saillie, il est important de vérifier la bonne santé des 2 chats (tests : fiv, corona-virus, calci-virus par exemple) (www.canelis.com)


Il est aussi judicieux de vérifier la consanguinité de vos chats. Vous pouvez vous procurez les test chez Alvedia ( www.alvedia.com )


Assurance santé

Un chat est comme un être humain, il ne faut jamais tarder à se rendre chez un vétérinaire, même s'il y a une facture en prime.

Pensez à l'assurance-santé éventuellement. voir notre rubrique assurances animaux.SantéVet

La mise-bas : 

La mise-bas (accouchement) est un moment merveilleux auquel vous aurez peut-être l'honneur d'assister ! Afin de savoir s'il y a lieu ou non de s'inquiéter, voici comment se déroule normalement une mise-bas.

La mise-bas survient généralement 58 à 71 jours après la saillie, 63 à 65 jours en moyenne. Si après 65 jours, la chatte n'a pas commencé le travail, il est souhaitable de consulter son vétérinaire, afin de vérifier le bon déroulement de la gestation.

La prise de progestatifs durant la gestation (pilule anti-conceptionnelle) retarde la mise-bas et peut entraîner la mort des petits. Les retards peuvent également être dus à une petite portée, ou à une inertie utérine primaire (voir notre fiche Les complications de la mise-bas chez la chatte).

Nous conseillons aux propriétaires de se faire le plus discret possible pendant la mise-bas car les chattes apprécient d'être seules et tranquilles pendant ce moment. De nombreuses complications sont dues à la présence trop insistante des propriétaires.

Les premiers signes de la mise bas ;

Quelques jours avant la mise-bas, la chatte se met à fabriquer un « nid », s'isoler du bruit et de l'agitation. Il n'est pas rare que les chattes aient moins d'appétit juste avant la mise-bas. Un autre signe facilement contrôlable est la chute de la température rectale : elle descend facilement à 37-38°C (alors qu'elle est normalement de 38.5°C environ). Suite à cette chute de température, la mise-bas a lieu généralement sous 24 heures.

Déroulement de la mise-bas :

Le travail se divise en trois étapes essentielles, plus ou moins longues. Pour la naissance de chaque petit, la chatte subit ces trois phases. L'expulsion des chatons se fait environ toutes les 10 minutes à une heure.

ETAPE 1 : Le début du travail

La première phase de la mise-bas correspond à la préparation de l'utérus, et à l'ouverture du col. Au cours de cette période, les chattes sont inquiètes, agitées. Cette phase a une durée très variable, de 4 à 36 heures.

ETAPE 2 : L'expulsion des chatons

Elle se caractérise par une augmentation des contractions utérines, accompagnées de contractions abdominales visibles. Les poches foetales se percent et les premières eaux sont libérées. La chatte se lèche fréquemment la vulve.

Lorsque la tête du fœtus apparaît, les contractions abdominales augmentent en intensité. Les petits peuvent sortir la tête ou le bassin en avant. Toute autre position est anormale et risque de conduire à un blocage.

La durée de l'accouchement après la sortie du premier chaton est très variable une fois encore. Les chatons naissent généralement toutes les 10 minutes à une heure.

Si la chatte fait des efforts et qu'aucun chaton ne sort, il y a peut-être un chaton coincé. Il faut alors appeler le vétérinaire au plus vite. La chatte ne doit pas rester plus d'une heure avec des contractions sans expulser de chaton. La chatte ne doit également pas rester plus de deux heures sans présenter de contractions, tant qu'il reste des chatons.
C'est de cette façon que nous avons perdu notre femelle.

Lorsque les chatons sortent, ils sont soit entourés de leur poche foetale, soit « nus », simplement attachés par le cordon ombilical. Dans le premier cas, la mère doit déchirer la membrane qui entoure le chaton et le lécher afin qu'il respire, si elle ne le fait pas, vous devez le faire à sa place rapidement. Si le chaton ne respire pas, il faut stimuler la respiration en frottant vigoureusement le chaton dans une serviette.

ETAPE 3 : L'expulsion des annexes foetales

Comme nous l'avons vu, les chatons ne naissent pas forcément avec leur placenta et il arrive que ce dernier reste dans l'utérus.
Les placentas restant peuvent être expulsés à n'importe quel moment de la mise-bas, entre ou après les naissances suivantes.

La chatte mange généralement ces annexes (poches et placentas), et il est couramment admis que cet acte favorise l'involution de l'utérus (après la mise-bas, l'utérus se vidange et diminue de taille; une mauvaise vidange peut entraîner une infection) et la production de lait. Il est donc préférable de ne pas intervenir et de la laisser les manger.

A la fin de la mise-bas, la chatte se relaxe et les chatons commencent à téter.
Des écoulements appelés lochies sont normaux après la mise-bas et durent 2 à 6 semaines. Ils sont de couleur rouge-brun et ne présentent pas d'odeur particulièrement désagréable. Tout autre écoulement (couleur, odeur) accompagné d'une baisse de forme de la part de la chatte peut être le signe d'une infection.

Plantes toxiques pour les chats